FLE Attaque

FLE AttaqueCollectif francilien d'enseignants pour l'information et la défense des professionnels du FLE, du FLS, de la lutte contre l'illettrisme et de l'alphabétisation

Blog

Catégories

Derniers billets

Pages

Compteurs

Liens

Fils RSS

Lettre du SNPEFP

Par FLE Attaque :: 20/12/2009 à 17:46 :: nouvelles syndicales
 

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.   Syndicat National des Personnels de l’Enseignement et de la Formation Privés 
 

                                                     Montreuil le 22 novembre 2009 

Copie aux partenaires sociaux 

Madame, 

Notre organisation syndicale est attachée  à aboutir à un accord ‘temps de travail des formateurs’ novateur, équilibré, répondant aux besoins de la branche et adapté aux contraintes de l’environnement professionnel des salariés.  
C’est pourquoi nous ne nous retrouvons pas dans le «cadre vertueux» auquel vous faites allusion.  
Au contraire, le texte élaboré par la fédération patronale, qui concerne près de 60 % des salariés de la branche, soit plus de la moitié des salariés, pose des problèmes d’éthique pour les raisons suivantes  

  • il affiche une  ambition de décompte des temps alors que les outils de leur comptabilisation ne sont pas rendus obligatoires; cela ne répond pas aux besoins exprimés d’une authentique et juste lisibilité des heures accomplies à effectuer les tâches
  • il offre aux employeurs la possibilité arbitraire de prescrire la préparation à leur guise: la diminuer, la supprimer, la diluer dans d’autres activités
  • il dévoie ses intentions pédagogiques : là où il convient de cadrer et border, il se contente d’inviter et d’inciter tandis qu’il abroge et modifie les avancées conventionnelles incontournables qu’il y a lieu de maintenir
  • il ignore l’expertise, la variété et la richesse de la part cachée de la production (c’est à dire la main d’œuvre) et les besoins de reconnaissance formulés par les formateurs interrogés dans l’enquête de la branche
  • il minimise le temps de trajet inhabituel en le compensant à parfois moins de la moitié de sa valeur dans une profession à qui le client demande de plus en plus de se déplacer
  • il va dans le sens d’une dégradation considérable des conditions de travail des formateurs, jouant avec la santé des salariés; cette démarche suicidaire est à l’encontre de toutes les lois récentes sur la pénibilité au travail
  • il met en péril la qualité du travail demandée au personnel enseignant, garant de la ‘valeur ajoutée’ facturée, basée sur la satisfaction des clients et la confiance que ceux-ci nous accordent. Par conséquent, il met en péril la fidélisation des relations commerciales de ces clients.


Votre projet est plus ‘parlant’ en chiffres : pour un formateur à temps complet qui ‘doit’ 1120 hs d’AF maximum aujourd’hui, vous lui imposeriez 1350 hs d’AF; la préparation de ses cours deviendrait facultative et si elle était prévue, elle serait réduite à 222 hs au lieu de 445 hs. Cela revient à amputer de plus de 50% le temps de préparation.
 

Il apparaît évident à  toutes et à tous que les conséquences pour les formateurs à  temps complet de les pousser à assurer 3 semaines de 35 heures hebdomadaires de face à face suivies d’une semaine à 17 heures de face à face, suivie de 3 semaines à 35 heures de face à face et ainsi de suite… c’est une dérégulation motivée par une préoccupation de rentabilité et c’est aussi un déni, mépris ou une méconnaissance totale du travail d’enseignement en face à face que de prétendre assurer la qualité d’un enseignement à la chaîne. 

En proposant ce texte comme ‘l’ultime concession patronale’,

  • vous contribuez à la mauvaise image de la profession
  • vous compromettez l’avenir de la branche par le départ de nombre d’organismes et d’organisations patronales vers d’autres conventions collectives ; 
  • vous cassez une Convention Collective qui octroie aux formateurs ce qu’il y a de plus précieux/ce qui assure l’efficacité de leur travail : du TEMPS pour personnaliser, adapter, délivrer une prestation de qualité
  • vous abolissez le statut protecteur qui permet encore aux formateurs d’être stables, crédibles et expérimentés
  • En refusant aux salariés la considération respectueuse de leur travail vous portez inévitablement atteinte à celle que vous prétendez porter à vos clients stagiaires.
 

Dans notre secteur en voie de « lowcostéisation » où les acheteurs appliquent une logique de recherche de bons plans à prix bradés, les salariés que nous défendons ne deviendront pas vos otages.


Notre organisation syndicale, dont personne ne peut nier la représentativité  au sein de notre branche, ne signera pas un tel recul.  

Les propositions présentées par le  SNPEFP CGT en octobre 2009 sont respectueuses de la protection de la santé des travailleurs et de l’image de la branche.  
Nous vous demandons, par conséquent, de poursuivre les négociations. 
 

Smaïl Lamara 
Secrétaire National 
SNPEFP- CGT 
Tél. 06/87/31/03/80 
:
www.formation-privee-cgt.org ,

Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://metiersdufle.zeblog.com/trackback.php?e_id=423729

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
FLE attaque - un oeil attentif sur les métiers du FLE - Blog créé avec ZeBlog