FLE Attaque

FLE AttaqueCollectif francilien d'enseignants pour l'information et la défense des professionnels du FLE, du FLS, de la lutte contre l'illettrisme et de l'alphabétisation

Blog

Catégories

Derniers billets

Pages

Compteurs

Liens

Fils RSS

Tract 1er mai 2010

Par FLE Attaque :: 28/04/2010 à 7:52 :: nouvelles syndicales

                                                                   Section SUD FPA FLE

 

 


Le Français Langue Étrangère (FLE)

                     Qu’est-ce que c’est ?

       L’enseignement du français aux étrangers

 

        Plusieurs objectifs pour des publics variés :

Francophonie

 

Dans le monde, des milliers de personnes veulent apprendre le français, en France ou dans leur pays : diplomates, étudiants, médecins… Le FLE contribue à la diffusion de la langue et de la culture française.

 

 

 

 

Intégration

 

Le FLE en France, c’est la défense du droit à la langue et à la culture du pays d’accueil pour les personnes immigrées et leurs enfants. L’accès à la citoyenneté et la promotion sociale dépendent aussi du niveau linguistique...

 

 

Égalité des chances

 

Le FLE, c’est encore une mission d’alphabétisation pour les personnes non scolarisées dans leurs pays d’origine. Trouver du travail, suivre la scolarité des enfants… l’accès à l‘égalité passe aussi par le FLE.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La politique linguistique de la France n’est pas à la hauteur du « rayonnement » de la francophonie dont elle aime à se prévaloir, les politiques sociales en matière d’égalité des chances et d’intégration ne sont plus assurées :

 

Les services consulaires français bloquent la délivrance des visas à de nombreux étudiants étrangers pourtant acceptés par les universités françaises, ou qui souhaitaient suivre des cours de français dans des écoles de langue.

Le Ministère des Affaires étrangères supprime massivement des postes dans le réseau culturel français à l’étranger.

L’état se désengage de sa mission de service public en ne finançant pas suffisamment la formation linguistique des étrangers.

 

 

SOUS LES BEAUX DISCOURS, LA PRÉCARITÉ !

 

L’enseignement du FLE est assuré par des professionnels : les enseignants de FLE ont suivi une  formation linguistique et pédagogique d’un  niveau minimum Bac+4. Ils travaillent dans des structures aussi variées que leurs conditions de travail qui n’ont qu’un seul point commun :

                                               La précarité !

 

Conditions de travail

Missions de vacation, CDD, CDII (contrat à durée indéterminée intermittent) ; salaires sans rapport avec les diplômes (bac+4 exigé payé au smic) ; nombre d’heures de cours variable d’une semaine à l’autre, entre 25 et 30h, voire plus, temps de transport d’un lieu de travail à l’autre non comptabilisés.

Les formateurs FLE n’ont pas de droit syndical : comment s’engager lorsque les horaires de travail changent d’une semaine à l’autre ?

 

Recrutement d’un personnel non qualifié et recours abusif aux stagiaires

 

La présence de professionnels dans les équipes pédagogiques n’est pas toujours effective. Il est monnaie courante de voir des structures constituées d’un seul diplômé et de bénévoles non formés, alors que des professionnels qualifiés sont en recherche d’emploi. Les stages se transforment trop souvent en offres d’emploi déguisées.

 

Aujourd’hui, les salaires et les conditions de travail des professionnels du FLE sont les plus bas, toutes catégories confondues, de l’enseignement et de la formation continue !

 

Qui finance ?

 

* L’état, par la procédure des marchés publics, met en concurrence les organismes de formation et les associations. Conséquences : dégradation des conditions de travail, multiplication des postes précaires et baisses des salaires. 

 

* Les universités, alors que leurs besoins sont permanents, font dispenser les cours aux étudiants étrangers inscrits dans leurs cursus par des personnels vacataires sans contrat.

 

* Les collectivités territoriales, elles aussi, abusent du recours à des personnels précaires.

 

 

Nous demandons, pour l’ensemble du champ professionnel :

Ø      La reconnaissance du domaine FLE/FLS/Alphabétisation comme relevant d’une mission de service public

Ø      Une uniformisation par le haut des conditions de travail dans le secteur privé en France, ce qui implique une révision des conventions collectives ; la limitation des CDD à temps partiel, des CDD d’usage, et des CDII

Ø      La généralisation des CDI en lieu et place des vacations proposées dans le secteur public, conformément aux directives européennes ; la mise en place de procédures de titularisation pour les personnels vacataires

 

 

Les professeurs de FLE se sont organisés depuis les États généraux de janvier 2006. Des collectifs se sont créés dans différentes villes : collectifs FLE attaque à Paris, Toulouse, Rennes, collectif FLE-Rhône…

Une section syndicale Sud FLE a été lancée au sein de Sud Formation professionnelle des adultes Solidaires en 2008 et poursuit les échanges d’informations et l’organisation des formateurs et des formatrices.

 

Pour nous contacter, pour adhérer :

sudfle@gmail.com

fleattaque2@gmail.com

 

Pour vous informer :

http://metiersdufle.zeblog.com

 

Prochaine réunion Sud FLE : le vendredi 28 mai de 18h à 20h30

Union syndicale Solidaires, 3ème étage

144 bd de la Villette, 75019 Paris, métro colonel Fabien.

Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://metiersdufle.zeblog.com/trackback.php?e_id=432802

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
FLE attaque - un oeil attentif sur les métiers du FLE - Blog créé avec ZeBlog